TÉLÉCHARGER GETAX 2017 GRATUITEMENT

Kontakte, Termine, Aufgaben bzw. Keine Programmierung, keine Installation bzw. Anpassung in SharePoint bzw. Verbindung einfach einzurichten. Es werden nahezu beliebige Datenquellen unterstützt, z. Synchronisation lokaler Dateien mit Office

Nom:getax 2017
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:24.13 MBytes



Après une licence en éducation à l' université du Pacifique sud à Suva Fidji , il obtient en un master en administration et politique d'éducation à l' université Monash à Clayton en Australie [2]. Député de la circonscription de Boe [3] depuis les élections législatives de [4] , il siège sans étiquette comme ses collègues puisqu'il n'y a pas de partis politiques à Nauru [5].

Ministre , [ modifier modifier le code ] De juin à août , il occupe une première fois les fonctions de ministre de l'Éducation sous le président Ludwig Scotty , jusqu'à ce que ce gouvernement éphémère soit démis par une motion de censure au Parlement [2].

Il est membre de l'opposition sous la présidence de René Harris d'août à juin et critique la gestion qu'opère le gouvernement Harris de l' économie nauruane [6]. Il est ensuite ministre de l'Éducation et de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et des Travaux publics dans le nouveau gouvernement du président Ludwig Scotty , de juin à décembre [7].

Dans le cadre d'une crise économique , il décide, de concert avec le gouvernement, que le ministère de l'Éducation accorderait la priorité au financement de la formation des enseignants plutôt qu'à la rénovation des locaux scolaires [8].

Chef de l'opposition , [ modifier modifier le code ] À l'issue des élections législatives de juin , il devient chef de l'opposition au gouvernement de Marcus Stephen.

En octobre, le gouvernement Stephen l'accuse, ainsi que les autres membres de l'opposition, d'avoir reçu des sommes d'argent de la part de la compagnie australienne Getax, acheteuse de phosphate nauruan, la seule exportation conséquente du pays.

Le gouvernement, appuyé par des officiels australiens, accuse notamment Getax d'avoir financé la campagne électorale de l'opposition, dans l'espoir qu'un nouveau gouvernement signerait un contrat de vente de phosphate très favorable à Getax - contrat que le gouvernement Stephen avait refusé de signer. Les autorités nauruanes demandent et obtiennent que la police fédérale australienne enquête sur les relations présumées entre Getax et l'opposition parlementaire nauruane dirigée par Waqa.

Le 10 novembre , Marcus Stephen démissionne mais il n'y a pas de changement de majorité et Frederick Pitcher est élu à sa succession. Waqa estime que la majorité présidentielle est fragile et que Pitcher pourrait être renversé par l'opposition [11]. Le 15 novembre, Sprent Dabwido , député de la majorité, rejoint l'opposition, permettant à celle-ci de destituer le gouvernement Pitcher par une motion de censure.

La nouvelle majorité accorde la présidence de la République à Dabwido, qui nomme Waqa ministre de l'Éducation, de la Santé et des Sports dans son gouvernement [12]. Le 11 juin , toutefois, Dabwido limoge son propre gouvernement, l'accusant de ne pas soutenir ses projets de réforme constitutionnelle qui visent une plus grande stabilité politique. Il nomme un nouveau gouvernement composé de députés de l'opposition [13]. Waqa devient l'une des figures principales de l'opposition à ce gouvernement.

Président de la République [ modifier modifier le code ] Peu après les élections législatives du 8 juin , il obtient le soutien d'une majorité de députés qui l'élisent à la présidence de la République le 11 juin par treize voix contre cinq pour Roland Kun [14]. Le 13 juin, il se nomme ministre des Services publics, des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, du Changement climatique, de la Police, et des Services d'urgence dans son propre gouvernement [15]. Le gouvernement Waqa a été vivement critiqué par l'opposition pour ses actions perçues comme une entrave à la liberté de la presse et à l'indépendance de la justice.

Durant l'été , le gouvernement interdit aux médias de diffuser une interview du député d'opposition Matthew Batsiua , concernant les émeutes qui viennent d'avoir lieu dans les centres de détention de demandeurs d'asile, détenus à Nauru pour le compte de l'Australie [16]. L'opposition et les organisations internationales des droits de l'homme, telles que Human Rights Watch , accusent le gouvernement de vouloir dissimuler les conditions de vie dans ces centres de détention [17].

En janvier également, le gouvernement Waqa expulse subitement le seul magistrat présent dans le pays, Peter Law de nationalité australienne. Lorsque le juge en chef de Nauru, Geoffrey Eames également de nationalité australienne ordonne que Law soit autorisé à rester dans le pays, il se voit à son tour interdit de séjour.

Eames dénonce une interférence politique dans le cours de la justice, puisque Law avait été sur le point de juger des demandeurs d'asile accusés d'émeute et de dégradation de leur centre de détention. L'opposition nauruane accuse le gouvernement Waqa de vouloir empêcher le fonctionnement de la justice après avoir muselé les médias locaux et empêché la venue de journalistes étrangers [18]. Simultanément, la compagne australienne du député d'opposition Roland Kun , ancien candidat à la présidentielle face à Waqa, voit son permis de séjour subitement révoqué par les autorités [19].

Le 12 mars, le juge en chef de Nauru, Geoffrey Eames , démissionne, accusant le gouvernement Waqa d'avoir violé la séparation des pouvoirs et l' indépendance de la justice [22]. Le 13 mai , sur proposition du ministre de la Justice David Adeang , le Parlement vote la suspension de trois députés d'opposition Kieren Keke , Roland Kun et Mathew Batsiua , au motif qu'ils ont critiqué le gouvernement auprès des médias étrangers, et auraient ainsi nui à la réputation internationale du pays.

Kieren Keke répond en accusant la majorité parlementaire de vouloir faire taire toute critique, et de dérive vers une dictature [23]. Pour l'année , Freedom House note un net déclin des libertés à Nauru sous la présidence de Baron Waqa. L'organisation classe Nauru parmi les dix pays au monde ayant le plus régressé en matière de liberté [24].

En juin , la Australian Broadcasting Corporation ABC révèle que Baron Waqa, David Adeang et plusieurs autres députés les soutenant auraient reçu entre eux plusieurs centaines de milliers de dollars australiens en pots-de-vin de la part de la compagnie australienne de commerce de phosphate Getax en et en Le 16 juin , plus de trois cents personnes manifestent à Nauru pour demander la levée de la suspension des cinq députés d'opposition, interdits d'entrée au Parlement depuis plus d'un an pour avoir critiqué le gouvernement.

Le gouvernement décrit la manifestation comme une émeute, affirmant que les manifestants ont brisé des vitres du Parlement et blessé dix policiers en leur jetant des pierres. Le député d'opposition Mathew Batsiua est arrêté et placé en détention pour être entré dans l'enceinte du Parlement [28]. Le député d'opposition Roland Kun , installé en Nouvelle-Zélande avec sa famille depuis sa suspension du Parlement, est présent à Nauru au moment de la manifestation mais n'y participe pas.

Le lendemain néanmoins, alors qu'il s'apprête à s'envoler vers la Nouvelle-Zélande pour rejoindre sa famille, le gouvernement Waqa révoque son passeport, lui interdisant de quitter Nauru. Les autorités lui reprochent un entretien qu'il a accordé aux médias australiens une semaine plus tôt [29].

Le 19 juin, les députés d'opposition Squire Jeremiah et Sprent Dabwido sont arrêtés à leur tour pour avoir participé à la manifestation [30]. Fin juin, le gouvernement néo-zélandais, l' Union européenne et l' Union inter-parlementaire s'inquiètent publiquement de ces développements. Ils appellent le gouvernement nauruan à respecter la liberté d'expression, le droit des citoyens de s'informer, le droit de l'opposition parlementaire de fonctionner, ainsi que les normes internationales de droits de l'homme [31].

Début mars , le gouvernement Waqa interdit à tout citoyen d'Australie ou de Nouvelle-Zélande de visiter le pays, à moins d'une lettre d'un citoyen nauruan se portant garant de leur bonne conduite. La décision intervient alors que le gouvernement tente d'empêcher tout accès de journalistes étrangers ou d'organisations des droits de l'homme au centre de détention de migrants sur l'île [34]. Malgré ce contexte très controversé, son gouvernement accroît sa majorité absolue des sièges lors des élections législatives du 9 juillet Le 13 juillet, Waqa est réélu président de la République par les députés, par seize voix contre deux [35].

Le 11 juillet, Roland Kun , ancien député d'opposition interdit de sortie du territoire nauruan depuis un an pour avoir critiqué le gouvernement auprès de médias étrangers, parvient enfin à quitter Nauru, la Nouvelle-Zélande lui ayant accordé la citoyenneté néo-zélandaise et lui ayant fait parvenir un passeport. Il se présente à la dernière minute à l' aéroport international de Nauru , afin de ne pas être à nouveau débarqué de l'avion comme il l'avait été en , et rejoint ainsi sa famille en Nouvelle-Zélande [36].

Le 2 avril , le gouvernement Waqa abroge le traité qui faisait de la Haute Cour d'Australie l'instance d'appel du système judiciaire nauruan. La décision est rétroactive au 13 mars, et prive les personnalités politiques d'opposition arrêtées pour manifestation en de possibilité d'appel [37]. Sont exemptés de ces punitions les membres du gouvernement, qui demeurent donc libres de critiquer les tribunaux, et les députés en vertu de leur immunité parlementaire.

L'opposition dénonce une nouvelle loi destinée à la réduire au silence [38]. David Adeang , perçu comme le réel meneur du gouvernement de Baron Waqa, échoue à lui succéder à la présidence en Le 13 septembre , le juge Geoffrey Muecke met un terme au procès des dix-neuf personnes arrêtées en lors de la manifestation pour la démocratie, dont Mathew Batsiua , Sprent Dabwido et Squire Jeremiah.

Le juge explique que le gouvernement a rendu impossible la tenue d'un procès équitable, le ministre de la Justice David Adeang ayant tenté d'empêcher les accusés d'avoir accès à un avocat, et ayant déclaré ouvertement que le gouvernement ferait le nécessaire pour qu'ils soient emprisonnés. Le juge note également que le gouvernement a fait pression sur les entreprises du pays pour que le accusés ne puissent pas trouver d'emploi.

En février , Sprent Dabwido demande l' asile politique en Australie. Il affirme qu'outre la répression politique qu'il a subie, le gouvernement Waqa a tenté de l'empêcher d'obtenir des soins médicaux pour traiter son cancer [40]. Le 16 août , le gouvernement de Baron Wawa notifie le gouvernement israélien de sa décision de reconnaître l'entièreté de Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël.

Cette décision est condamnée par l' Autorité palestinienne , qui dénonce une violation par Nauru de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies [41] , [42]. Aux élections législatives d'août , Baron Waqa est battu dans sa circonscription de Boe , ce qui lui interdit de briguer un troisième mandat à la tête de l'État. Les commentateurs avaient noté que David Adeang semblait chercher à l'évincer, en soutenant le secrétaire du ministère des Finances, Martin Hunt , dans cette circonscription.

Martin Hunt remporte en effet l'un des deux sièges de la circonscription, aux côtés du député sortant Asterio Appi [44] , [45]. David Adeang brigue effectivement la présidence de la République, mais le Parlement réuni le 27 août lui préfère Lionel Aingimea , simple député depuis de la majorité sortante, par douze voix contre six [46].

TÉLÉCHARGER MUSIQUE GROUPE SIHAM GRATUITEMENT

La déclaration d’impôt : mode d’emploi

.

TÉLÉCHARGER LES FICHIER XCPLUGIN ET XC E2 PLUGIN GRATUITEMENT

Notre objectif

.

Similaire